A seulement 23 ans, Axelle a déjà créé une marque de prêt-à-porter Made in Cameroon, avec une forte emprunte sociale et solidaire. Elle oeuvre à l’insertion professionnelle des femmes dans un son atelier du Cameroun et ambitionne d’y créer un centre de formation. Cette jeune créatrice mêle avec brio tissus traditionnels et coupes modernes pour sa marque Ngah.

Portrait d’une battante.

  • Peux-tu me parler de toi ? Qui es-tu et quelles sont tes valeurs ?
© Marvin ONAMBELE

Je m’appelle Axelle Dfoubi, j’ai 23 ans et j’ai fait des études en Comptabilité. Aujourd’hui je suis la créatrice de la marque Ngah. Je suis passionnée de voyages, j’ai d’ailleurs fait un mini tour d’Afrique en 2016 où j’ai eu l’occasion de visiter Madagascar, le Maroc et Zanzibar.

Mes valeurs sont l’amour, l’entraide, et la solidarité. Ces valeurs m’ont été transmises par les femmes de ma vie : ma mère, ma grand-mère et mes tantes, qui sont d’ailleurs pour moi de vraies sources d’inspiration dans mon travail.

  • Tu es styliste. Comment es-tu arrivée dans le monde de la mode ?
© Edrice DOSTREL

Non, je ne suis pas styliste. J’étais bien loin du monde de la mode jusqu’à l’année dernière. J’ai fait des études en Comptabilité et j’ai très vite travaillé pour de grands groupes, mais je sentais au fond de moi qu’il me manquait toujours quelque chose. J’avais besoin de plus, besoin de faire quelque chose pour le continent africain. C’est ainsi que je suis arrivée dans l’industrie de la mode. J’ai d’abord testé mes premiers croquis, un peu brouillon cela dit, auprès de plusieurs couturiers au Cameroun. J’ai senti que je tenais quelque chose.

C’est comme ça qu’est née la marque Ngah, qui désigne aussi la femme au Cameroun (Ngah : femme en langue Beti, ndlr) et qui est le nom de ma grand-mère. Elle était couturière, elle avait pour habitude de me coudre des Kabas en tissu wax (Kabas : robes traditionnelles des femmes au Cameroun, ndlr). Elle m’envoyait un Kaba au moins tous les ans, depuis que ma famille et moi nous nous sommes installées en France. Cette marque est donc aussi un hommage à cette femme généreuse, grâce à qui je maintenais mon lien avec la tradition. Ce lien, sans le savoir était aussi une forme de transmission, puisque maintenant je perpétue son savoir-faire : mettre en valeur toutes les femmes à travers des tissus traditionnels, qui plus est racontent des histoires. Ngah est donc une marque qui veut sublimer la femme d’aujourd’hui par un tissu traditionnel mais aux coupes modernes.

 

Messages sur une pièce de tissu wax

 

  • Quel est ton positionnement ? Quel genre de femmes cibles-tu avec tes créations ?
© Edrice DOSTREL

Notre entreprise produit principalement du prêt-à-porter féminin, notre gamme de prix se situe entre 15€ et 100€ et les tailles vont du 36 au 44. Nous souhaitons que nos créations soient accessibles au plus grand nombre, aussi bien par notre gamme de prix que les tailles que nous proposons.

Les motifs que nous utilisons sont uniques, il est donc impossible de trouver deux articles avec le même motif. Nous réalisons deux collections par an, et plusieurs capsules afin de faire découvrir les tissus traditionnels des groupes ethniques du Cameroun.

Notre cible est la femme active, de 24 à 35 ans, qui souhaite avoir une touche d’originalité, une touche de couleur dans sa garde-robe. Elle veut aussi du travail de qualité à un prix abordable. Notre but est de la satisfaire et ce, avec un service irréprochable.

  • Que reflètent tes créations (notamment dans le nom de tes collections) ?
© Yvan DFOUBI

Nos créations veulent avant tout mettre en valeur la femme avec des collections variées et une touche d’élégance.

Nos collections reflètent l’unicité. Nos articles s’accordent parfaitement avec ce qu’une femme peut avoir dans sa garde-robe.

A travers les noms des collections, nous souhaitons aussi faire connaître les origines de la marque : notre dernière collection par exemple se nomme « Ubuntu» qui se traduit par « je suis parce que nous sommes ».

En effet, je suis convaincue qu’ensemble nous pouvons accomplir des choses plus grandes et plus belles ; c’est d’ailleurs l’état d’esprit qui anime notre équipe.

  • Qu’est-ce qui te plaît dans ton activité ?
Atelier de couture au Cameroun

Clairement le fait de pouvoir toucher un peu à tout, d’être dans le challenge, de vouloir m’améliorer à chaque jour. Et plus particulièrement le fait d’être proche de mes clientes, un aspect relationnel qui me motive et que je n’avais pas dans mon activité précédente.

  •  Avec qui collabores-tu aujourd’hui ?

 Je n’ai aucune collaboration pour le moment, mais nous étudions la question car pour nous, le but c’est d’avoir des collaborations en adéquation avec l’ADN de notre marque, qui se veut solidaire avant tout.

  • Quels messages tu souhaites faire passer aux jeunes filles/femmes comme toi qui veulent se lancer dans cette profession ?

Qu’il s’agisse de se lancer dans cette profession ou de réaliser un rêve, je dirais : rien n’est impossible ! Mais il faut faire les choses avec passion et amour. Il faut que les jeunes femmes croient plus en elles, et sortent de leur zone de confort. Et il est important de savoir que chaque chose a un processus de réalisation et demande donc du temps. Alors croire en soi et être patiente est primordial.

  • Quelle a été ta plus belle réussite jusqu’alors (une chose dont tu es vraiment fière) ?

L’ouverture de l’atelier au Cameroun ! C’était vraiment une première grosse réalisation qui a rendu tout le reste possible.

Et je ne peux pas parler de l’atelier sans parler de nos couturières : il y a les confirmées et celles qui sont en formation. Aujourd’hui, notre atelier compte cinq femmes dont trois sont en formation. Une fois de plus, l’idée de transmission est importante. C’est grâce à ce que j’ai reçu de ma grand-mère que je peux aujourd’hui présenter ce projet au monde. J’aimerais que demain ces femmes en formation puissent en dire autant sur le savoir-faire qu’elles auront acquis de leurs aînées. La concrétisation de cet atelier pour moi est donc vraiment une très grande fierté !

  • Où peut-on trouver tes créations ?
Catalogue www.ngah.fr

Vous pouvez trouver nos créations, sur notre site internet : www.ngah.fr

Vous pouvez également suivre notre actualité que sur nos différents réseaux sociaux :

Instagram : @ngah_elle

Facebook : Page Facebook

Twitter : @ngah_elle

Cet été, nous organisons des ventes en île de France, pour vous faire découvrir l’Afrique, et surtout pouvoir mieux répondre à vos attentes. Suivez notre actualité via notre page Facebook pour ne rien manquer.

  • Quels sont tes projets en cours et futurs ?

Notre projet en cours est la création d’un centre de formation pour femmes au Cameroun, dans le métier de la couture. Suivra ensuite la création d’une boutique physique dans le même pays.

  • Quelles sont tes difficultés et tes besoins aujourd’hui ?

Nous sommes à la recherche de professionnels dans le métier de la couture, qui auraient l’envie de partager leur savoir-faire au sein de notre atelier au Cameroun, toujours dans cette quête d’amélioration de soi, ainsi que des conditions de travail. Cette personne se rendra à Yaoundé dans notre atelier pour transmettre son savoir faire. Donc si vos lecteurs-trices sont intéressé-e-s les candidatures sont à envoyer à : ngahcontact@gmail.com.

 Un mot de fin ?

Il faut croire en ses rêves mais croyez aussi en vous et ces rêves se réaliseront !

Axelle vers de nouveaux horizons | © Marvin ONAMBELE

 *Ubuntu : Philosophie Bantoue mettant en avant les notions d’humanisme et de fraternité dans les relations humaines. C’est le fait de considérer qu’un individu est ce qu’il est grâce au collectif, ce qui se traduit par « Je suis parce que nous sommes ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *