Du diplôme aux talents : une vie, des vies ?

Les six derniers mois j’ai lu énormément d’articles sur LinkedIn traitant de la reconversion professionnelle. Souvent des cols blancs embrassant une nouvelle aventure dans des métiers au contact de l’humain ou des métiers faisant appel à des talents personnels : artisanat, sport, gastronomie … .

Une adolescence de doutes

Quand j’étais au collège, cet âge où on « doit » plus ou moins savoir ce qu’on veut faire plus tard, moi je ne le savais pas encore. Après ma phase rêverie où j’ai voulu être chanteuse (j’adorais Mylène Farmer) ; ma phase ambitieuse où j’ai voulu être tennisman (comme les sœurs Williams), je me suis résolue à trouver de véritables talents en moi qui me permettraient vraiment de « gagner ma vie » (tant soit peu qu’on puisse « gagner » sa vie). Lorsque j’ai commencé à apprendre les langues, révélation ! Je me suis découvert des capacités, des facilités dans leur apprentissage (scolaire hein qu’on se le dise). Alors j’ai décidé que je serais interprète…par chuchotage (si ça existe bien). Disons que je suis passée d’un niveau « aucune idée sur ce que je veux faire » à un niveau « super expertise sur un métier de niche », sans transition aucune. Et puis ça a duré un temps…et ça m’est passé. A partir de ce moment je me suis imaginée une vie où je ferais plusieurs métiers. Puisque je n’arrivais pas à me décider et à choisir, pourquoi finalement choisir en fait ? Dans cette vie je pourrais concilier mon goût pour le dessin (à l’époque), à celui pour la lecture, à celui pour l’écriture, à celui pour les langues, à celui pour les voyages…et aujourd’hui je peux rajouter à celui pour la photo. Bref, la liste est longue.

Les années ont passé, j’ai grandi, j’ai mûri (ou pas), et comme tout le monde, je me suis donc décidée à ne prendre qu’un seul job. C’est ainsi que je me retrouve donc aujourd’hui consultante .

Une consultante tout terrain

Ce que j’aime dans le conseil, c’est l’opportunité que j’ai de naviguer entre plusieurs mondes, car d’un client à l’autre, les environnements, la culture d’entreprise, les problématiques et les caractères ne sont jamais les mêmes.

Être consultant, c’est donc aimer être en mouvement, pas que géographique, ni organisationnel, mais vraiment intellectuel. C’est ne pas avoir peur de sortir de sa zone de confort, et surtout être en perpétuel apprentissage.

Pour ma part, j’interviens dans des environnements dits « masculins » : BTP, Génie civil, Industries, Centres de recherche. Je réalise donc un peu mon rêve : même si je fais toujours le même métier, j’interviens quand même dans des environnements variés, je navigue de mondes en mondes.

Apprendre à apprendre

Et lorsque je parle de perpétuel apprentissage, je le ressens d’autant plus que j’interviens dans des secteurs où on attend de moi non seulement une expertise-métier, mais surtout une connaissance technique sur mes sujets. Je ne suis pas experte dans toutes les activités de mes clients, mais plus c’est technique, et plus j’ai le sentiment d’apprendre, de sortir des sentiers battus ; je m’intéresse réellement à la manière dont fonctionnent les activités en interne. Je me sens d’ailleurs plus performante sur mes missions lorsque je sais exactement quel est le sens de ce que je fais au quotidien dans l’activité globale de mon client. Comment ma contribution individuelle répond-elle aux objectifs généraux du client ?

La performance pour moi peut donc dépendre du degré de compréhension qu’on a de ses tâches. La survenance de crises majeures au sein de grands groupes industriels est sans doute en partie liée à l’impossibilité, pour beaucoup de salariés, de trouver du sens à leur métier. Ceux qui peuvent se le permettre quittent leur job (des cols blancs généralement) pour se lancer dans une aventure qui n’a rien à voir avec l’intitulé de leurs diplômes : professeur de yoga, pâtissier(ère), boucher(ère), restaurateur(trice) et j’en passe…

Et comme toute tendance, nul n’est à l’abri.

Alors qui serai-je demain ? Consultante tout terrain ou…blogueuse à temps plein ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *